news events final

By WACSOF-FOSCOA 08 July, 2022 71

 COMMUNIQUE

  1. LE FOSCAO DÉNONCE LES MANŒUVRES DE DESTABILISATION DE

 

  • MME KHADY FALL TALL DU SENEGAL (DÉMISSIONNAIRE DEPUIS DEC 2019)
  • MME MARGARET UDOH DU NIGERIA
  • DIONISIO PEREIRA DU CAP VERT

 

  1. CES PERSONNES NE REPRÉSENTENT PLUS LE FOSCAO. LEUR 2ÈME ET DERNIER MANDAT A PRIS FIN DEPUIS AOÛT 2020

 

  1. L'AG TENUE LE 30 JUIN 2022 A ÉLU UN NOUVEAU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE 07 MEMBRES

 

*******************************

 

 

A L’ATTENTION DE NOS TRES CHERS COLLEGUES DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

LES PLATEFORMES NATIONALES DU FOSCAO COMMUNIQUENT :

 

  1. 1 - Depuis la fin des opérations de renouvellement des Plateformes nationales entre 2021 et 2022, un groupe constitué de trois (03) membres de l’ex Comité Exécutif dont le mandat a pris fin depuis Août 2020, ont entrepris de déstabiliser du FOSCAO. Il s’agit de :

- Madame KHADY FALL TALL du Sénégal, qui a démissionné depuis décembre 2019 du FOSCAO.

- Madame MARAGARET UDOH du Nigéria 

- Monsieur DIONISIO PEREIRA des Iles du Cap-Vert.

  1. 2 - En effet, depuis quelques mois, le FOSCAO traverse une crise qui met en péril les nombreux efforts déployés, et les progrès réalisés depuis 2017 à nos jours. Cette crise est créée de toutes pièces par ce trio pour salir le bilan du Secrétaire Général, MR KOMLAN MESSIE, et l'empêcher d’organiser l'Assemblée Générale (Forum des Peuples), qui doit permettre leur remplacement par une nouvelle équipe dirigeante du FOSCAO.
  1. 3 - En réalité, ces anciens membres de l’ex-comité exécutif du FOSCAO, ont été élus en août 2016 pour un mandat de deux (02) ans renouvelables une seule fois. Selon la charte et le règlement intérieur du FOSCAO, leur mandat a expiré depuis août 2020. Et ils ne sont donc plus en fonction. D’où la nécessité d’organiser l’Assemblée Générale du FOSCAO pour combler ce vide juridique. Mais nos trois (03) éminents membres de la société civile de l’Afrique de l’ouest qui devaient être des modèles en matière de bonne gouvernance, du respect des textes fondamentaux et de mandat au sein du FOSCAO, refusent de partir. Ils s’accrochent au pouvoir, tels des politiciens avides du pouvoir aux fins de déstabiliser la société civile ouest africaine. Ils ont organisé un push (coup de force) contre le Secrétaire Général du FOSCAO, MR KOMLAN MESSIE, en lui adressant une lettre de suspension qui a été très tôt qualifiée de nulle et de nul effet par les Coordinations des pays membres du FOSCAO. Et pour cause……
  1. 4 - Malgré une ORDONNANCE DU TRIBUNAL,
  2. MME MARGARET UDOH occupe illégalement le bureau régional du FOSCAO à Abuja, avec l'approbation de Mme KHADY FALL TALL et de M. DIONISIO PEREIRA, empêchant le secrétaire général et le comptable de travailler
  3. MME MARGARET UDOH a ordonné au policier EDWARD IGBAFE de poursuivre ses enquêtes policières, harcelant des personnes, y compris un membre du conseil d'administration nouvellement élu, avec l'approbation de Mme KHADY FALL TALL et M. DIONISIO PEREIRA

EXPLICATION DE LA CRISE :

 

  1. 5 - A l'origine de la crise, un courrier administratif de notre partenaire GPPAC (stratégiquement imaginée et conçue par et avec le support de Mme KHADY FALL TALL), qui demandait des explications et des réponses à certains documents de gestion du projet totalement implémenté au Mali avec le partenaire. Cette lettre a donc été adressée, entre autres, à Madame MARGARET UDOH, Monsieur DIONISIO PEREIRA et à Madame KHADY FALL TALL (pourtant démissionnaire de la présidence du Comité Exécutif depuis le 2 décembre 2019) ; chose curieuse n’est-ce pas ! En toute évidence donc, Madame KHADY FALL TALL est l’instigatrice de ladite lettre écrite par une intérimaire en poste en ce moment au niveau du GPPAC. Notons aussi que cette lettre purement administrative ne mentionnait aucune allégation de fraude ou de mauvaise gestion. Cependant, la Coordination de la Plateforme FOSCAO-Mali, qui était chargée de la mise en œuvre effective du projet au Mali, n'a ni été destinataire de cette lettre, ni interpellée à ce jour sur la gestion de ce projet. Suite à la lettre de GPPAC Mr. KOMLAN MESSIE a adressé des notes d’explications invitant les ex membres de l’ex comité exécutifs à une réunion d’explication. Ces derniers n’ont pas répondu. Leur seule réponse était d’envoyer la police au bureau du secrétaire général.
  1. 6 - Mme MARGARET UDOH, M. DIONISIO PEREIRA et M. SANWO OLATUNJI DAVID (coordonnateur de la plateforme du NIGERIA, ayant pris parti pour cette cause de déstabilisation du FOSCAO), ont instrumentalisé la lettre du GPPAC en faisant de fausses allégations de fraude, allant jusqu'à impliquer la police nigériane dans des violences, brimades, intimidations et des menaces policières avec fusil sur le front du comptable du FOSCAO, Mr OLUMIDÉ. Ils l’ont forcé de remettre les clés de la voiture de fonction, du coffre-fort, de documents de projets, e de comptes bancaires, des chéquiers et autres matériels appartenant au FOSCAO, entre les mains de Mme MARGARET UDOH et son fils, témoin des méfaits de la police nigériane. Des chantages, des harcèlements, diffamations, fausses accusations de toutes sortes contre le Secrétaire Général du FOSCAO, Mr KOMLAN MESSIE ont été faits injustement et de façon illégale, en violation du droit à la présomption d’innocence et des droits humains. Ils ont ignoré, violé et méprisé les dispositions réglementaires de la Charte du FOSCAO et de son Règlement intérieur (notamment l'audit des comptes de gestion du Secrétaire Général, qui doit précéder toute enquête judiciaire, le recours à un Comité juridique interne de règlement des conflits, etc.). Toutes ces manipulations et agissements constituent les sources de cette crise.
  1. 7 - Le policier nommé EDWARDS IGBAFE, soutenu par Mme MARGARET UDOH (du Nigéria) et ses enfants a détenu illégalement pendant 3 jours (du 28 avril au 1er mai 2022) le comptable du FOSCAO, M. OLUMIDE, qui a été menacé avec une arme à feu, afin de remettre par la force à Mme MARGARET UDOH, les numéros des comptes bancaires du FOSCAO, les clés de la voiture de bureau et les clés du bureau, les documents du projet, les chéquiers et autres documents administratifs du FOSCAO. Sous le coup des harcèlements, menaces et de la maltraitance, la vie du Secrétaire Général, KOMLAN MESSIE qui a été conduit illégalement à la police était en danger. Il lui a été conseillé donc de quitter le NIGERIA en raison du risque d'enlèvement que proférait Mr M. SANWO OLATUNJI DAVID et les complices de Mme MARGARET UDOH. Cette situation a fait que le comptable et le Secrétaire Général ont été malades et hospitalisés.

POUSUIVANT LEUR SALE BESOGNE :

 

  1. 8 - Ils clament, « avoir suspendu le Secrétaire Général et engagé un « processus de nettoyage de la maison commune pour y extirper les mauvais éléments ». Cependant, force est de constater que depuis leur élection en 2016, ils n’ont fait que profiter, piller et priver le FOSCAO de ses ressources, au profit de leur intérêts égoïstes et leurs organisations individuelles. Assoiffés de cupidité et de par l’amour de l’argent, ils se sont permis de soutirer frauduleusement du compte ECOBANK du FOSCAO, la somme de 26 000 Dollars par virement bancaire au profit d’une compagnie FURLA TRADING GLOBAL SERVICES, fermée depuis 2021. Par ce communiqué, nous leur demandons expressément de retourner immédiatement ces fonds qui sont destinés à la mise œuvre des activités de projet bien précis et pour lesquels un rapport devra être fait aux partenaires.
  1. 9 - Ce qui semble assez curieux, c’est qu’aucune inspection interne, aucun audit contradictoire n’a été mené aux fins d’établir les fautes alléguées contre le Secrétaire Général, comme il est de règle dans toutes les organisations modernes, démocratiques, transparentes et bien gouvernées. En lieu et place, on a assisté à l’usage de méthodes terroristes fortes, comme fermetures de bureaux, menaces, intimidations, convocation, détention illégale à la police, sévices, tentative de falsification du réépicé d’enregistrement du FOSCAO au Nigéria, manipulation et suspension arbitraire du personnel du FOSCAO, harcèlements policiers et rondes suspectes autour du domicile du Secrétaire Général.

IMPLICATION DES PLATEFORMES NATIONALES

 

  1. 10 - C’est dans ces circonstances que les Coordonnateurs des Plateformes nationales, en toute responsabilité et forts de leur légitimité ont décidé de prendre leurs responsabilités historiques, (face au vide juridique et à l’absence d’un Comité Exécutif légitime et fonctionnel) en s’investissant objectivement afin de trouver des solutions pacifiques, justes et durables à ce qui était devenu dans la foulée une crise ouverte qui menace la survie même du FOSCAO.
  1. 11 - Conscient que cette crise, créée à dessein et entretenue par un groupuscule de trois (03) personnes aux motivations inavouées risque de faire perdre définitivement au FOSCAO sa crédibilité, bonne image, capacités institutionnelle et organisationnelle, le Collectif des Coordinateurs de Plateformes Nationales a mis en place conformément aux textes statutaires et réglementaires, le Comité Juridique du FOSCAO, pour la résolution de la crise. Ceci n’était pas du goût du trio qui a refusé systématiquement de collaborer avec ce Comité Juridique, préférant engager un bras de fer avec le Secrétaire Général et les Coordinateurs des Plateformes Nationales dont certains (comme celui du Sénégal) ont été stigmatisés et vilipendés comme étant « de mèche » avec le Secrétaire Général.
  1. Dans ce contexte, le Collectif des Coordinateurs, après avoir vainement essayé de convaincre le trio d’engager un audit financier et comptable, (au lieu de persister dans ce qui relèverait d’un acharnement et un coup d’état), a estimé que la seule issue qui lui restait était de tenir l’Assemblée Générale du FOSCAO, avec comme points-clés majeurs :
  • La révision de la Charte ;
  • 12 - L’élection d’un nouveau Conseil d’Administration dans une perspective de relancer durablement le FOSCAO pour en faire une Faîtière sous régionale orientée bonne gouvernance, performance, solvabilité et capable de s’adapter en permanence à l’évolution de son Environnement.
  1. 13- A l’issue donc de cette Assemblée Générale ordinaire tenue de 30 juin 2022 à Cotonou, une équipe de sept membres du Conseil d’Administration ont été élus et devront diriger désormais le FOSCAO.
  1. 14 - Nonobstant tous ce qui précède, Mesdames MARGARET UDOH et KHADY FALL TALL et Monsieur DIONISIO PEREIRA, qui pourtant ne disposent plus d’aucune légitimité ni légalité au sein du FOSCAO, continuent de s’agiter, perturbant ainsi la volonté du FOSCAO d’aller de l’avant.
  1. 15 - POUR QUE NUL N’EN IGNORE
  2. Le Collectif des coordinateurs de Plateformes Nationales du FOSCAO, constate et condamne sans équivoque les agissements irresponsables de Mesdames KHADY FALL TALL et MARGARET UDOH et Mr. DIONISIO PEREIRA et les appelle à cesser impérativement leur agissements auprès des banques nigérianes où sont logés les fonds du FOSCAO. Et demande aux banques de s’abstenir dorénavant, de toute complicité avec les auteurs et commandités illégaux de quelques décaissements que se soient dans les comptes bancaires du FOSCAO. Par mesures sécuritaires lesdits comptes sont bloqués jusqu’à l’installation et la prise de fonction de la nouvelle équipe du Conseil d’Administration du FOSCAO, issue de l’Assemblée Générale du 30 juin 2022.
  3. Le Collectif condamne l’arrestation arbitraire de M OLOMIDE OLOMOFE et les violences physiques et psychologiques qu’on lui a fait subir, de même que les harcèlements policiers et pressions de toutes sortes exercées contre M Komlan MESSIE. Il qualifie d’atteintes graves aux droits de l’homme.
  4. Le Collectif condamne aussi dans les mêmes termes la violence verbale de M DIONISIO PEREIRA, de Mme KHADY FALL TALL et Mme MARGARET UDOH dirigée contre les Coordinateurs des Plateformes Nationales, en particulier Mr ALPHA FAYE du Sénégal et Mr DRISSA SOULAMA de la Côte d’Ivoire. Ces propos que le Collectif met sur le compte de vaines tentatives de diversion et de manque de retenue, ne sauraient guère faire dévier de l’essentiel, qui est d’agir avec conviction et désintérêt afin de contribuer efficacement à la construction de nombreux chantiers de l’intégration sous régionale une CEDEAO des Peuples.
  5. Le Collectif lance un appel solennel aux pionniers fondateurs du FOSCAO pour qu’ils entreprennent une médiation et discutent avec ce groupe de trois personnes de l’ex Comité Exécutif afin de les convaincre à rejoindre la nouvelle dynamique dans laquelle ils pourraient encore avoir une place en renonçant aux pratiques classiques de mal gouvernance. Il ne sert à rien de persister dans l’erreur ou de s’engager dans une voie sans issue.
  6. Le Collectif prend l’opinion public régional, continental et international à témoin de tout ce qui précède et déclare que Mr KOMLAN Messie demeure le Secrétaire Général du FOSCAO.
  7. Le collectif déclare qu’aucun comité exécutif n’existe plus au sein du FOSCAO et surtout que le trio :

- Madame KHADY FALL TALL du Sénégal,

- Madame MARAGARET UDOH du Nigéria 

- Monsieur DIONISIO PEREIRA des Iles du Cap-Vert ;

Ne saurait plus agir au nom et pour le compte du FOSCAO, ni le représenté dans quelque circonstance que ce soit !

  1. 16 - L’heure de la deuxième libération de notre continent a sonné, après celle ratée des années 60… Des jeunes, des femmes, des hommes, des moins jeunes d’Afrique et sa Diaspora issus de tous les segments de la Société en sont convaincus et ont fait le pari de la mobilisation et de l’engagement en faveur de cet objectif stratégique.

 

Nul n’est de trop dans le vaste chantier de construction de la CEDEAO des Peuples, la raison d’être principale de FOSCAO.

2050, paraît lointain, …., mais dans le temps des sociétés modernes, c’est déjà demain !

  • ‘’Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir’’, FRANTZ FANON, ‘’Les damnés de la terre’’

 

LES COORDONNATEURS DES PLATEFORMES NATIONALES DU FOSCAO

 

 

Share